Boite à outils énergétique 2 – L’art de naviguer avec 8 boussoles vers la santé.

Pas de commentaire

Ces planches de travail ont été réalisé lors de divers séances d’accompagnement de personnes au recentrage, au fil d’une séance de soin je faisais ce travail pour aider la personne à visualiser ses nœuds, ses forces, ses douleurs et ses agitations, cela permet à la personne de se rendre disponible à faire une part du travail d’apaisement par elle même et cela me permet de traduire aux plus sceptiques la suite du travail sur lequel je me sentais en mesure d’interagir, parfois des états émotionnels trop opposés ou contrastés en certains points du corps peuvent causer un débousollage énergétique, « un nœud » et ainsi aboutir à une spirale de somatisations…. une aide au réalignement doit être faite progressivement et humblement par le soignant, on ne dénoue pas une vie d’entêtement en une fraction de seconde…;-)

Un langage à 8 boussoles:

Cette méthode je l’ai muri au fil du voyage, aujourd’hui j’ai confiance en mon travail autant qu’en pratique ça se relie indéniablement aux symptômes, aux faits et à de nombreux constats de guérison, lorsque le patient est prêt à dépasser son épreuve et faire sa part du travail.

J’ai fait tout ces dessins uniquement par radiesthésie en sauvage, ce que certains appellent « médiumnité transcriptive », sans apprendre dans les livres, et je me suis conforté par la suite par de nombreuses similitudes de mon travail avec les médecines orientales, cependant plus que de simples points de couleur, je vois « des boussoles » avec une direction de « champs magnétique » et une intensité, cela n ‘est pas non plus en déssacord avec l’hindouisme autant que le mot chakra se traduit en français par le mot « roue ». Des que j’ai commencé à explorer cette perception, je voyais 8 roues (au moins…), boussoles, conseillers, sages ou pas sages à considérer dans un soin énergétique 😉 La 8 ème est selon ce que la vie m’enseigne, l’énergie de l’astre qui porte l’âme de la personne, tout le sillage de mémoires lumineuses ou « émotionnelles » au fil des incarnations et des rencontres et cela annonce aussi l’aspiration de l’astre comme de la personne. Bref ça peut paraitre abstrait voir une hérésie selon les idéaux de certains, cependant c’est ce 8ème point (l’âme) qui tente de parler dans nos rêves et nos songes, en fonction de la disponibilité du point coronal… ainsi selon cette approche, je vois difficilement comment on peut envisager d’apaiser durablement l’énergie d’une personne en l’enfermant…, sans contempler et voir qui elle est et le chemin qui l’aspire…ce regard me permet à présent de comprendre pourquoi une personne trop sensible, trop « canal » pourrait vouloir se débrancher du « wifi à l’ame » et par ailleurs de comprendre l’attitude d’autres qui rêveraient de se (re)connecter sans « faire le travail intérieur sur les peurs » et qui ainsi s’inventent des connexions quasi-fictives, véhiculant par la suite des idées qui se revendiquent du monde de l’âme, pendant que le cordon à l’âme n ‘est pas là…tel une construction et une sélection mentale d’idées convenables au sein des dogmes les plus moraux…

Le hold-up mental, la tyrannie sur les sens et les rêves…

Bref, même en restant sur terre, on dirait qu’on est pas seul pour sentir la route à suivre ;-), on aurait déjà 7 conseillers intérieurs aussi valeureux et vitaux les uns que les autres pour faire nos choix de vie les plus intègres lorsqu’ils s’expriment à l’unisson… mais bien souvent le 3 ème conseiller dans nos collectivités, celui qui s’appellerait le chef ou le mental… dans l’idéal on l’appellerait le saint esprit qui s’évertue à réparer les liens et les pannes au lieu de faire du « cache-misère ». Cependant face à la dureté de la tâche ou de ses idées, il lui arrive aussi trop souvent de prendre la gouvernance sur les rêves par coup d’état, pour partir en guerre de possession tête baissée pour prendre ce qu’il lui manque…? !…Ainsi il enferme l’oiseau (« le messager des rêves ») et joue à soumettre à ses ambitions et essaye de persuader les 6 autres à sa guise, ainsi il n’écoute les autres que lorsque ca le sert pour argumenter. Poussant ainsi les autres à l’indignation, le conseiller qui parle du besoin d’enracinement, l’autre qui raconte son besoin de feu vitale, l’ autre son besoin d’enthousiasme, l’autre son besoin de sérénité et de belles émotions, et l’autre son besoin de joie et de s’accorder harmonieusement aux autres, etc… il arrive malheureusement bien souvent que suite à une peur trop forte, à une grande souffrance chez un individu, il arrive que tous ou part d’entre eux se fassent mettre au « cachot », alors commence une longue histoire de maladie, de conflit, de misère et de souffrance intérieure et extérieur dans le monde….

Contempler, écouter profondément les besoins au plus juste, et apprendre à accepter la souffrance, l’état de vide pour gagner en patience et rester lucide sur ses essentiels et faire confiance à la magie de la vie…, c ‘est tout autant ne pas s’éloigner encore plus loin de sa paix en laissant sombrer entièrement son intégrité par avidité…

Et puis enfin, lorsque c ‘est dure de plonger en soi pour rencontrer ces 7 sages et maitriser son énergie, ou lorsque malgré l’écoute de ces 7 sages, on ne peut répondre aux besoins vitaux des « 7 » dans un monde humain qui ne permet pas aux autres tant de choses qu’il s’interdit si violament à lui même à la base, au nom d’idées légalisées, moralisées, dogmatisées mais parfois illégitimes voir contre nature… alors, bien dure devient la lutte qui défocalise le mental de l’interdit pour aller de l’avant, dure de trouver la paix seul dans sa conscience au milieu d’un feu de forêt qui brule parfois inconsciamment ses remèdes et ses chances les unes après les autres. Alors chacun ses forces et son style, pour travailler les unions à l’intérieur et à l’extérieur, essayant de sculpter le monde avec des mots, des attitudes et des actes. Le problème pour répondre à un besoin, c’est qu’il faut apprendre à contempler jusqu’à lire le besoin, bien souvent très loin de ce que le monde des façades ne serait en mesure d’avouer … sinon c ‘est comme mettre de l’huile sur le feu...mais parfois la vie est si impatiente, insurgée et combative qu’elle se débat et court plus vite qu’elle ne voit ni ou elle va, ni son véritable adversaire…à l’image d’un triste taureau dans une arène d’idées bien peu aimantes de la vie…des idées qui s’entraineraient à se désensibiliser de tout maux de coeur, à se conditionner à la guerre pour gagner des privilèges sans état d’âme dans l’arène des « anthropomorphes », devrais je dire? dure à croire qu’autant d’hommes soient prêt à renoncer a leur contenu comme à leur âme pour gagner le coeur de leur humanité…??? …c ‘est la vie, accepter, et apprendre à naviguer au plus humain avec le cours des choses..les roues tournent…

Enfin, changeons d’horizon, libre à vous de prendre des crayons de couleur avec vos enfants et de dessiner les silhouettes de votre famille et d’y mettre chacun dans son coin, les couleurs ressenties, et si vous le souhaitez réferrez vous au code couleur/émotion que j’ai publié dans cette rubrique, ou alors faite à votre guise. Bien souvent, on finit par voir que nous sommes une forêt, ou les êtres sont si liés, directement ou par intermédiaires, que personne ne peut se soigner intégralement sans soutenir la paix de ce qui l’entoure et vis et versa…Ainsi parfois on veut forcer un enfant à soigner le mal dont on l’accuse, mais bien souvent un léger ajustage en soi peut être aussi puissant voir plus efficace dans ses effets que la « guerre d’autorité pour conformer l’autre à notre mental… c ‘est p t’être un peu ça la construction perverse et mutilante de nos sociétés « belles » en façade et malades à cœur?

L’humilité à la rencontre de la vie matière et la vie lumière.

La vie matière, tout le monde le voit, le sens, le touche, c ‘est une évidence, mais dieu qui le voit, et qui peut croire ou faire confiance sans le voir ou le sentir? ( étymologie: génitif de Zeus qui voudrait pt être juste dire lumière de…) bref, la vie dans la lumière…? et comme Jésus disait quelque chose du genre :  » comment pourrais-je vous parler plus des affaires célestes quand les affaires terrestres sont déjà source d’autant de conflit…? » Et bien, je crois que cette phrase m’est pertinente, cependant je crois qu’au présent il parait compliquer d’aller plus en avant sans s’évertuer à en parler…, le passé des religions a été en bien des circonstances jusqu’à l’asphyxie de la diversité et de l’intégrité du vivant, au point que certains sont a présent prêt à faire un bon sur leur chaise dès qu’on leur parle des mots Dieu et Religion, bref c ‘est la discorde général. Mais j’ai comme l’intuition qu’il va falloir dépasser courageusement nos jugements pour s’accorder en paix les uns avec les autres !

Survol des mémoires d’ancêtres: santé, amour, courage, maitrise de soi, joie et paix collective semblent comme des conditions indissociables les unes des autres…

Peut être pouvons nous jouer à imaginer avec les images et les symboles pour soulever à quel point shaman ou scientifique ou poète ou autres personnes, aucun n ‘a tort…! on dirait que c ‘est qu’une histoire de traduction de ce qu’on est en mesure de percevoir du monde vivant, d’écoute réel et de tolérance…? Comme une longue histoire de lutte entre le monde infrarouge de la matière et du rayonnement terrestre et le monde des ondes ultraviolettes du soleil et je dirais même d’ondes multicolores qui traversent l’univers depuis chaque étoile, chacune existant dans son histoire unique…?

Hiéroglyphe égyptien- comme l’histoire d’une lutte entre la vie matière et la vie lumière…

En regardant cette image, je me dis que peut être, les préoccupations majeurs des ancêtres qui ont traversé les millénaires n ‘étaient pas d’étaler orgueilleusement leurs glorioles du passé, mais bien de gouverner la vie vers son plus bel avenir, de se positionner dans l’espace, de s’adapter à la nature et de ressentir et se positionner dans les cycles du temps, et d’en cartographier les dangers et les épreuves à venir pour leurs descendances. Une fois recentrés sur les essentiels, il apparait probablement comme vital aux plus lucides de cultiver la vigilance des émotions et des peurs, comme fondement de la santé de leurs clans et de leur Terre.

Une histoire de serpent géant:

Un beau jour, la chaine d’ADN ou la bibliothèque dans la matière est devenue si longue chez l’humain, qu’elle fut représentée tel un serpent de terre géant. Un serpent devenu imbus de lui même et qui méprisa ses parents, (à l’image des serpents venus donner la vie depuis la lumière). Si long et imposant était ce serpent de terre nommé Apophis par certains ancêtres qu’il estimait pouvoir se passer d’apprendre plus et de servir la vie-lumière, si long qu’il ne maitrisa plus sa force et semblait incapable d’aller plus vers son « avenir ». Ne voyant plus son origine, il avait alors perdu le sens du chemin. Si grand qu’il se croyait alors tout à lui seul et que tout pouvait lui appartenir, chaque jour il mangeait la terre mais son corps est vite devenu plus grand que la lumière qui l’habitait, alors à force de chercher son nombril et de ne pas porter attention aux dégats dans le sillage de sa queue, il ne voyait plus les vertues ni l’équilibre fragile qu’il brisait, ni l’ampleur du mépris envers la vie sensible qui l’entourait. Cette vie qui le portait silencieusement sur son dos… Apophis plongea alors l’humanité dans la nuit… et des légions entières en quête de Terre, de privilèges et de prestige tombèrent aveuglément à son service, envoutés et agenouillés par l’étendue de ses capacités à combattre et à soumettre, tel l’effet d’un grondement du diable. Des légions de guerriers qui partent en lutte au nom de ce qu’ils aiment, cherchant courageusement un salut social ou divin, et bien souvent qui finirent séduit par la puissance de destruction, tel une alternative au courage de vaincre ses peurs les plus violentes et de grandir sa force de paix. Des légions humaines finissant sentinelles de l’orgueil lorsque le coeur s’est éffondré et que la lutte n ‘est plus qu’homme à genou ou en colère obsessive envers l’adversité incomprise, ne laissant dès lors que l’ombre d’hommes terrifiés par leur actes et par la vie et toutes ses différences. Des hommes aux yeux éteinds sur les merveilles et ne voulant plus que sauver les murs de façade, tels des hommes aussi vidés que convaincues par leurs idées. Des hommes bien intentionnés qui bon gré ou malgré eux, ont fait des choix défensifs ou offensifs qui leurs appartiennent, mais bien souvent celui qui utilise son ombre pour combattre une ombre n’aura peut être fait que grandir la nuit pour tous. Ainsi nombreux furent humiliés passagèrement ou pour l’éternité, retournées à la poussière de n ‘avoir su maintenir l’humilité, tels des êtres nés de la poussière invités à grandir amoureusement vers la lumière autant qu’ils souhaiteront fortifier leur racines, des hommes mi-lumière, mi-poussière. Et malgré cela, des hommes qui n’arboraient qu’une seule couleur et n’avait pris parti que pour un seul de leurs parents …bien périlleuse est l’ambition de séparer le ying du yang… ?

Voilà donc un survol d’oiseau sur ce symbol nommé Apophis du temps des pyramides, l’ennemi juré des dieux égyptiens, appelé aussi Mamea l’anguille Géante dans la cosmogonie Polynésienne, ou Quetzalcoat chez les mayas… etc… peut être que des ancêtres racontaient que les clefs de l’avenir commence par naitre avec force en chacun…

Témoignages d’ancêtres de tous continents,depuis les symboles des dieux maoris de nouvelle Zélande, depuis l’Éthiopie, depuis l’Asie et l’Europe, jusqu’au mégalithe du guerrier aux couteaux (en bas à gauche…lorsque les boussoles sont à l’horizontal, peut être que la violence intérieure devient si grande qu’elle ne peut être contenue…la bassin(e) est pleine..!)

Peut être est ce cruciale à présent de contempler au lieu de courrir, …jusqu’à percevoir ces choses et accompagner collectivement de tels guerriers (homme ou femme) , tel des fruits hérités du chaos, le chaos d’un monde qui arbore et envahi de ses certitudes plus qu’il ne respecte autrui et ne sait en écouter les besoins singuliers. Inviter de tel guerriers au recentrage au lieu de voter pour eux et se décentrer pour les suivre, peut être un écho de l’approche bouddhiste de la vie…et ce n’est peut être pas un mal pour la suite…! Si l’avis n ‘est pas partagé, veuillez pardonner mon étrange regard et humour en regardant un mégalithe …. on rencontre tous nos limites…

Enfin, pour ceux qui voudraient explorer cette approche du soin en affinant leur intuition et leur perception des fréquences, des intensités et des direction des aura humaine, SVP, allez y doucement et humblement, commencer par vous tester sur des petites exercices, la géobiologie, l’eau, le sol, l’habitat puis les petits troubles animal, végétal avant les grands troubles humains… soyez intègres et désintéressés sans quoi le mental est bien corruptible et il peut jouer de bien mauvais tours…chacun porte sa propre responsabilité et apprend à ses dépends, ce genre de médecine ne permet pas de se mentir à soi même ni à son monde. Alors pour votre paix et celle de ceux que vous souhaiteriez accompagnez dans l’existence, il est important soit de rester innocent en la matière et ne pas explorer ces choses ou bien d’être prêt à vaincre les tempêtes de l’esprit jusqu’à retrouver l’innocence, l’innocence de celui qui n ‘a plus besoin de savoir ni contrôler pour oser à nouveau s’exprimer confiant et se laisser surprendre par la vie. Car à l’inverse un homme noyé dans une approche mentale n’aide bien souvent les autres qu’à se noyer dans l’expérience de leur mental… dès lors seuls les heureux rescapés auront la chance de voir qu’il ont su trouver une force au delà de celui qui prétendait être le soignant…( cf. légende de Méduse, de Psyche et de Narcisse chez les grecs…;-)

Pour ma part, j ‘en parle en connaissance de cause de mes milliers d’erreurs au fil du chemin, et peut être avec » l’erreur parfaite » que je fais encore en ce moment même…qui sait? enfin cette vigilance envers les mentalismes déboussolés, je tâche de le cultiver…ces écrits ne sont qu’une traduction de perceptions sensibles et intuitives en idées pour suggérer des clefs de lecture à disposition, pour aider ceux qui en auraient besoin pour ne pas perdre le fil dans les situations agitées;-) Les abysses de la raison et de la pensée, j’y suis allé comme beaucoup d’autres et croyez moi ou pas ça sent pas la vie… c ‘est aussi putride que pas drôle…ça a gout de désenchantement et de sinistrose en terre de mort vivants…donc n’allez pas plus profond que vos capacités « d’apnée » et n’invitez pas autrui à faire votre chemin à votre place…;-) Enjoy life ;-)…et soignons nous avec humour et poésie…à bon entendeur !

Enfin pour terminer , un message à l’attention des soignants de tout poil travailleur de la santé, depuis l’agriculteur jusqu’à l’infirmier en soin palliatif… etc…merci aux médecins en herbe et à ceux qui repoussent les limites de leur initiation, tout ceux qui ont la noblesse d’essayer et qui maintienne une certaine clarté dans leur l’aspiration … merci à tout ceux qui ont le courage d’aller vers le monde du soins sous toutes ses formes avec humilité, car au présent, nombreux réclament voir exigent bonheur, exigent santé, exigent médecine, nombreux veulent se nourrir de ce qui les enchantent, nombreux sont les rois de l’illusion en intraveineuse sur l’amour de leur monde… mais combien cultivent les merveilles, combien régénèrent la magie, combien sont en mesure de redonner ce qu’ils prennent au monde? Combien s’évertuent à cultiver bien plus encore de belles émotions et de merveilles aux milles visages qu’il n ‘en ont besoin pour vivre…?

Comme un vent d’aujourd’hui qui raconte à quel point les soignants sont submergés par les files d’attentes grandissantes, s’écroulant et se désenchantant les uns après les autres faute de plus d’effectifs capables…Peut être alors que l’équilibre qui débouche l’horizon se trouve là ou l’ensemble des collectivités ne sont pas déresponsabilisés de la souffrance, lorsque tout homme ou femme valide ne refuse pas ses vertus au monde, apprenant à s’enraciner et devenir un soignant conscient et confiant. Ainsi dès que la maladie et la souffrance frappe, la vague de tourmente reste infime face à la force d’enracinement et de soin omniprésente au sein d’un clan, ainsi seulement , la douleur peut facilement être écoutée, prévenue et remèdiée…

Mais un beau jour le pain sur la planche est à la hauteur de toute la souffrance enfermée et occultée auparavant, et la terre est ronde et chaque acte est soumis à la loi du boomerang aborigène, ne faisons pas des choses les yeux fermés ou en tournant le dos aux héritages inconfortables du passé. Car la souffrance est comme une vague qui grandit ses effectifs générations après génération lorsque durant longtemps l’attention des collectivités ignorantes et impuissantes s’est détournée des demandes vitales. Jugeant et démissionnant trop facilement devant l’apparence présente d’ individus en souffrance, trop nombreux sont ceux qui ne croient pas en leur propre force de contribuer et faire basculer la balance avec quelques humbles poussières d’amour…d’une forme ou d’une autre…Ainsi un gouvernement qui prétendrait faire ce travail en place et lieu d’une forêt entière d’individu est en mon sens bien présomptueux… et peut être apprendra t’il du fruit de l’arrogance au point d’avoir le gout d’ajuster son art et sa manière d’intervenir…le temps racontera son histoire…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s