Rapa Nui…, sculptures d’entre les mondes.

Un premier pas dans la sculpture sur bois…

Pas de commentaire

Lorsque l’âme vole comme un oiseau dans le ciel, la pensée plonge comme un dauphin dans les profondeurs des mémoires, pour s’évertuer à remonter avec des clefs et des traductions, qui peut être un jour aideront des hommes de demain, à soigner leurs racines et libérer le merveilleux de chaque existence.

Il faut être un peu fissuré pour laissé passer la lumière…

Une sculpture en bois faite dans du cyprès, un visage déjà vivant dans un bout de bois avant de mettre les mains dessus, juste à accompagner légèrement son expression. Et là, ce cyprès m’a enseigné une belle histoire, lorsque j’avais fait sortir le visage, l’œil était en larme et une nervure de bois pourri traversait la tête, alors en osant tailler une foudre dans le crâne pour enlever la partie condamnée, et bien les larmes ont séchée… A cet instant précis, j’ai réalisé qu’aucun homme ne saurait voir et soigner les profondeurs du vivant sans porter les joies et les larmes de son voyage terrestre depuis son cœur jusqu’au confins de son âme et depuis le ciel jusqu’à la terre.

_________________________________________________________

Histoires d’hommes oiseaux

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~~

sculptures de l’âme de deux bouts de bois à l’âme de l’océan …😉

Partage d’une vision, d’un ressenti, d’une réflexion a travers le temps

D’infinies merveilles jusqu’aux jours ou des idées bien déracinées et craintives au sein des clans ont voulu s’octroyer le pouvoir et se proclamer « vérités incontestables », au dessus de la vie elle même, comme les jours et les nuits se succèdent. Des idées libérées de tout sens jusqu’à devenir des murs et des épées bariolées combattant l’univers, la Terre, combattant les émotions, plongeant le monde dans des guerres de soumission de la vie aux limites du mental d’une poignée d’individus. Un mental pourtant pas si éloigné de nos congénères les singes, un mental proclamé roi de toute réalité alors que peut être, au sein des civilisations qui ont su traverser les plus longues périodes, peut être l’esprit n ‘était- t-il considéré que comme un traducteur plus ou moins courageux, aimant, en colère, corruptible ou plus ou moins fidèle pour traduire son amour aux mondes vivants, aux mondes de l’âme et du corps… s’essayant à la paix ou à la guerre pour retrouver son histoire, son mode d’emploi, sa route et sa place sur terre…

Au fil des voyages, il m’est apparu indéniable toutes ces visions d’ancêtres et de peuples qui ont traversé des millénaires avec leur culture, peut être considéraient t-ils que les belles émotions individuelles et partagées étaient le sacré qui accompli des merveilles? 🙂

L’émotion esclave de l’idée, ou l’idée au service de l’émotion…histoire d’un long voyage, d’une longue lutte entre les humains…parfois déshumanisés, parfois débordant d’humanité…

L’émotion à mes yeux, c’est la vie comme la couleur de chaque échange, elle est la couleur du feu au centre du clan et en chacun, tel la force qui unit durablement les hommes intègres. Ainsi elle se veille, se soigne, se cultive, elle peut se fortifier, se purifier jusqu’à la pleine intégrité lorsque les individus trouvent leur courage de dépasser leurs peurs et leurs jugements sur le monde.

….Là sur cette belle Terre, là ou nul homme ne reste longtemps encombré d’idées et de théories…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s